johnson-arrow-right-thinjohnson-arrow-left-thinjohnson-arrow-right-thinswissnex-close-iconswissnex-down-arrow-icon

Le réseau swissnex – du premier conseiller scientifique à Washington à swissnex Brazil à Rio de Janeiro

Brève histoire du réseau swissnex

Naissance et développement du réseau suisse des conseillers scientifiques

Dans les années qui ont suivi la seconde guerre mondiale, les Etats-Unis étaient considérés par beaucoup d’Etats comme un modèle en matière d’encouragement de la recherche et du développement de nouvelles technologies. C’est dans ce contexte que le premier attaché scientifique a été engagé à Washington en 1958 à l’initiative de l’ambassadeur suisse. Ses activités principales consistaient notamment à rédiger des rapports sur les développements technologiques, en particulier dans le domaine de la recherche nucléaire et de l’encouragement de la relève scientifique du gouvernement américain. A l’époque, on accordait déjà une grande importance à l’entretien des contacts avec les chercheurs suisses sur place en vue d’un retour éventuel en Suisse. Les expériences positives faites à Washington ont conduit en 1969 à la création de deux autres postes de conseiller scientifique à Moscou et Tokyo.

Dans les années 1990, le nombre des attachés scientifiques s’est développé du fait de la mobilité croissante des chercheurs et du processus d’intégration européen pour former un réseau autonome. En 1990, un attaché scientifique a été détaché pour la première fois à la Mission de la Suisse à Bruxelles. En 1994, à Séoul et Bonn, le cahier des charges d’un attaché scientifique a été confié à des diplomates de carrière à mi-temps. Enfin, trois ans plus tard, l’organisation qui a précédé le SEFRI, le Groupement de la science et de la recherche (GSR), a détaché un conseiller scientifique au Consulat général de San Francisco. Peu après, en 1998, un postulat approuvé par le Conseil des Etats a exigé du Conseil fédéral qu’il fasse avancer le développement du réseau des attachés scientifiques afin d’assurer la compétitivité internationale de la place scientifique suisse.

La création de swissnex

C’est dans ce contexte que les deux conseillers scientifiques travaillant aux Etats-Unis ont mis au point un nouveau concept de plateforme censée encourager l’échange ouvert des connaissances, réunir des chercheurs et entrepreneurs suisses et américains et présenter une image moderne et ouverte de la Suisse en tant que pôle de la connaissance et de l’innovation. Une plateforme de ce type devait se trouver dans l’un des plus importants clusters de recherche et d’innovation et non dans la capitale politique. Avec l’Université d’Harvard et le Massachusetts Institute for Technology (MIT), Boston semblait être le site d’implantation idéal. L’idée s’est concrétisée lorsque la Fondation Lombard-Odier a annoncé vouloir faire don de deux millions de dollars US pour acheter un immeuble à Boston, sous réserve que ce don soit remboursé si cette expérience venait à être interrompue au cours des 10 années suivantes. C’est ainsi que le «SHARE» – Swiss House for Advanced Research and Education – a ouvert ses portes à l’automne 2000.

Bâtiment du premier site swissnex à Boston avant et après les travaux de transformation.

Avec le soutien d’autres sponsors privés, une autre antenne a pu être inaugurée en 2003 dans la Silicon Valley, à San Francisco, puis, un an après, à Singapour. Elles furent suivies d’autres sites d’implantation à Shanghai en Chine (2008), à Bangalore en Inde (2010/11) et enfin à Rio de Janeiro au Brésil (2014). Si les trois premiers sites d’implantation portaient encore des noms différents, à partir de 2008 ils portent un nom de marque commun swissnex. En 2015, après 10 d’activité, il a été décidé de transférer swissnex Singapour à l’Ambassade suisse sous forme de bureau scientifique et technologique.

Pour en savoir plus sur l’histoire des conseillers scientifiques suisses et du réseau swissnex: